Myanmar, le prologue

Résumer ces 21 jours passés au Myanmar (ex-Birmanie, voir en fin d’article) en quelques articles et photos va être très difficile ; nous avons donc choisi de partager chacune de nos étapes principales dans ce pays en articles individuels.

Avant de commencer, nous souhaitons partager cette anecdote de notre passage de frontière, qui a d’abord bien failli nous coûter notre voyage dans ce pays, et qui finalement en donnera le ton.

Parti de la capitale Thaïlandaise le soir, nous arrivons à la fraîche à la ville frontière de Mae Sot. Le Myanmar est à peine à 300 mètres, après le « pont de l’amitié », qu’il nous faudra franchir à pieds. La première ville qui nous accueillera est Myawaddy.

Parvenus au Myanmar après les formalités d’usage, nous rencontrons une improbable difficulté : tous les distributeurs de la ville sont en panne. Il faut préciser qu’en temps normal, il n’y a aucun mal à récupérer de l’argent ici avec une carte VISA, mais cette fois-ci, c’est la guigne 😦 Il est à peine 6h du matin, aucune banque n’est encore ouverte et nous devons attendre 9h pour qu’un guichet nous vienne en aide mais après 3h d’attente, c’est de nouveau la douche froide : impossible de récupérer de l’argent. Les banques n’ont pas de carte VISA internationale pour tester leurs distributeurs, mais supposent que le problème vient de nos cartes, et qu’il se reproduira dans le reste du pays.

Notre voyage au Myanmar devient impossible car les quelques bahts thaïlandais ne suffiraient pas à tenir plus de 4 ou 5 jours. La mort dans l’âme, nous nous dirigeons vers le poste frontière, prêts à renoncer à notre aventure birmane (car une fois le visa de sortie tamponné, impossible de revenir avant 1 mois minimum). Le moral a atteint le 9ème cercle de l’enfer, les 200 derniers mètres avant la zone d’immigration sont un crève-coeur tant les scènes que nous traversons dévoilent crânement ce que nous allons manquer.

Mais comme tous nos articles ont une fin heureuse, il était impossible que notre bonne étoile ne se manifeste pas d’un moment à l’autre !

Ici, elle a pris la forme d’un jeune birman qui nous a rencontré au moment où nous remplissions le document de sortie du pays. Il nous est impossible de donner plus de détails le concernant tant son aide a atteint l’inimaginable, et surtout le punissable, dans ce pays comme en Thaïlande.

Après s’être étonné de notre sort bancaire, il nous a demandé si notre carte fonctionnait en Thaïlande. Comme c’était le cas, il nous a proposé de ne pas mettre fin au visa, mais plutôt de nous faire passer la frontière thaïlandaise très discrètement et brièvement pour aller retirer un surplus d’argent que nous changerions ici côté birman. Et nous voilà donc partis côté thaï, sans visa, pour retirer l’équivalent de 400€, une somme largement suffisante pour rester 15 jours dans le pays, se rendre dans une autre ville et trouver une solution à ce problème de retrait.

Revenus au Myanmar, son aide ne s’arrêtera pas là. Il va nous dégotter un van (moyen de transport incontournable à cette frontière) en direction de Yangon. Mais comme là aussi ça ne suffit pas, il va nous obtenir un prix moins cher que les locaux et faire attendre le van déjà parti quelques minutes avant pour qu’on puisse le rejoindre et partir sereinement pour Yangon.

A chaque instant, nous nous sommes attendus à ce qu’il nous demande un bakchich ou qu’il prenne une commission sur le transport, mais non. Comme nous allons le découvrir tout au long de ces 21 jours, les birmans sont très heureux de voir des touristes débarquer dans leur pays, et (à notre grande gêne) ils se plieront toujours en quatre pour nous venir en aide sans aucune arrière-pensée autre que nous faire découvrir leur pays, leur quotidien, et rendre notre présence ici agréable.

Et nous voilà, embarqués pour 10h de van en direction de l’ex-capitale. Notre voyage commence à peine, nous sommes encore embrumés par cette brève aventure mais nous nous exclamons déjà devant les paysages, les pagodes mais surtout les rencontres qui vont jalonner ces 21 jours au Myanmar.

Les (quelques) photos de l’arrivée sont ici

PS. Point important, le Myanmar est un pays dont l’histoire politique est contemporaine et tumultueuse. Tout récemment, en 2008, la junte militaire au pouvoir a décidé de rétablir les noms de villes et pays précédant la colonisation britannique. On indiquera brièvement entre parenthèses les précédents noms.

Publicités

4 réflexions sur “Myanmar, le prologue

  1. Monique dit :

    coucou Justine ! je vais lire plus en détail les récits de tes voyages. C’est ta maman qui, ce soir, m’a donné le nom de ton blog. Si tu veux, va faire un tour sur le mien, j’ai mis mes photos de Birmanie (janvier 2015)… Et je m’inscris sur ton blog.

    Aimé par 1 personne

Vous aimez ? Laissez-nous un message !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s