Mandalay, ça nous plait (toujours autant) !

Toute belle, toute fraîche, voici la deuxième partie de notre récit sur Mandalay. Si vous l’avez raté, la première partie est accessible ici.

Et cette fois-ci, tout commence avec un scooter ! Comme partout en Asie, c’est le mode de transport incontournable pour sortir des sentiers battus et éviter ainsi les taxis collectifs, trop chers à notre goût et bien qu’en apparence flexibles dans le choix de la destination, limités aux attractions touristiques majeures et aux ateliers/boutiques de souvenirs.

Nous enfourchons donc notre monture à la découverte des alentours de Mandalay. Au programme : pagodes (sans blague !) et petits villages préservés (1). Si vous vous demandez à quoi le tout ressemble voici une petite vidéo :

Et au menu de cette petite balade, un premier arrêt à la Snake Pagoda (Hmwe Paya). Attention, ici il ne s’agit de pas de droguer tigres ou autres animaux pour le bon plaisir (et portefeuille) des touristes ; les birmans vénèrent dans ce temple trois pythons arrivés dans les années ’70 et jamais repartis. Ils sont donc lavés et nourris tous les matins à 11h, à l’occasion d’une cérémonie où de nombreux locaux viennent déposer des dons en signe de bonne fortune.

Myanmar - Mandalay - snake temple, 2015

Petit, petit, petit … (ou pas, il mesure au moins 2 mètres)

Myanmar - Mandalay - snake pagoda, donations, 2015

A peine les pythons immergés, les birmans jettent des Kyats (monnaie locale) dans le bol aux donations

Myanmar - Mandalay - snake pagoda, crowd, 2015

Certains touchent les serpents en signe de bonne fortune, d’autres les photographient. Au choix 🙂

Le petit village de Paleik où se situe la pagode vaut également le détour pour son marché de produits issus des mangroves (crabes, gobies) et ses maisons sur pilotis caractéristiques de la région. En période de mousson où nous nous trouvons, on comprend complètement ce choix tant les terrains et routes sont inondées. De nombreuses maisons ne sont accessibles qu’en pirogue ou en marchant dans l’eau jusqu’à la taille.

On reprend la route jusqu’au village de Inwa, un lieu un peu plus touristique, que le voyageur est invité à découvrir de manière tracée en calèche, ou comme nous, librement en scooter. Inwa est une ancienne capitale royale de Birmanie, où sont dispersés plusieurs édifices témoins de son histoire tumultueuse. Nous laisserons derrière nous les pagodes traditionnelles pour nous concentrer sur deux édifices originaux par leur architecture : le Bagaya Kyaung et le Nogatataphu Paya.

Le Bagaya Kyaung est un monastère entièrement bâti en teck birman. Comme les maisons locales, il est construit sur pilotis pour prévenir les crues en période de mousson. A l’heure de notre passage, les moines sont à l’heure de la classe, et une leçon de mathématiques est donnée aux novices présents.

Myanmar - Mandalay - Bagaya Kyaung, 2015

Pas moins de 267 piliers en teck supportent la terrasse et l’édifice

Myanmar - Mandalay - Bagaya Kyaung, 2015

Attention aux clous qui dépassent du sol !

Le monastère est situé dans un bosquet perdu au milieu des rizières. Les quelques sculptures en granit qui entourent le bâtiment sont recouvertes d’une végétation tropicale envahissante. Si on fait abstraction des moines présents, on se croirait dans un temple perdu digne de la trilogie Indiana Jones (2).

En rénovation lors de notre passage, le stupa Nogatataphu Hpaya nous impressionnera tout de même par sa taille. Son style diffère fortement des autres stupas visibles au Myanmar : sa base est carrée, non recouverte d’or et un escalier permet d’accéder à un autel sur le stupa lui-même.

Myanmar - Mandalay - Nogatataphu Hpaya, 2015

Juju au pied du stupa, pour référence 😀

3ème étape, on passe le pont puis on se rend sur l’autre rive du fleuve Irrawaddy pour découvrir une autre ville, Sagaing (également ancienne capitale du Myanmar) réputée pour ses dizaines de pagodes éparpillées sur le flanc de sa colline et ses grandes statues de Buddha, surplombant les plaines environnantes.

Plus que les pagodes, ce sont effectivement les panoramas sur les plaines et rizières alentours, que nous apprécierons depuis ce sommet. Jugez (cliquez) vous-même :

Sur le chemin du retour, nous passerons quelques petits villages où retentissent les bruits des ateliers de confection textile. Images d’un autre temps : les machines utilisées datent de plus d’un siècle et les tissus sont simplement étendus à l’arrière des maisons par-dessus les terrains inondés. Les pagodes alentours sont peuplées de nombreuses effigies de Buddha et en cette fin de journée, nous croisons quelques birmans venus y déposer des offrandes sous la forme de fleurs et non de nourriture comme c’est le cas le matin.

Myanmar - Mandalay - Buddha, 2015

Chacun choisit son effigie et ne vient prier que devant celle-ci

Dernière étape de cette aventure à Mandalay, une curiosité locale : au sein du Mahamuni Buddha Temple, les birmans viennent recouvrir de fines feuilles d’or une statue de Buddha. Avec le temps, cette idole est devenue une difformité recouverte par endroits de 7cm de feuilles d’or, excepté sur le visage . Celui-ci est par ailleurs lavé tous les matins au cours d’un rituel monastique qui consiste également à en brosser les dents avec une brosse géante.

Comme dans de nombreux lieux saints au Myanmar, seuls les hommes ont le droit de s’approcher sur les derniers mètres faisant face à la statue. Il nous sera par ailleurs interdit de prendre une photo de celle-ci. On se contentera d’un cliché du hall de prière, impressionnant par ses dorures. Si vous souhaitez voir à quoi ressemble l’idole vous pouvez suivre ce lien (en anglais, sorry 🙂 )

qsd

Toute la structure supérieure des galleries adjacentes est recouverte de feuille d’or

C’est tout pour cette aventure à Mandalay ! On espère que vous avez apprécié cette découverte autant que nous et on vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour l’épisode sur Bagan et ses plaines de temples (comment ça encore ?? 😀 )

A bientôt 🙂

Toutes les photos de Mandalay sont ici

(1) : Préservés, oui, car l’activité fréquente en Asie consiste à transformer un ensemble de ruines en village déguisé pour touristes dont le porte-monnaie sera abondamment sollicité. Par chance pour nous encore une fois, le Myanmar est un pays qui semble avoir échappé à cette pratique 🙂

(2) : Il n’existe pas d’Indiana Jones 4, point barre !

Publicités

3 réflexions sur “Mandalay, ça nous plait (toujours autant) !

  1. didier dit :

    Oui on aime toujours autant vos escapades riches en rebondissement et comme disent jo et jean , belles photos et on sent un petit côté pro qui se dégage petit à petit derriere. J’ai bien aimé également votre viré en scout……..c’est trés sympa les ballades en génèral sur un 2 roues motorisé , on se sent plus libre qu’en voiture !!!!!!!! pleins de bisous à vous deux……

    Aimé par 1 personne

Vous aimez ? Laissez-nous un message !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s